Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

UNE VOIE CA MUE AUSSI !

par Stella Delmas 11 Décembre 2015, 18:02 Billet d'humeur

UNE VOIE CA MUE AUSSI !

La petite voix qui, jadis, murmurait : « Toi tu seras médecin, avocat, comme ton père ou ta mère »… On y devient sourd ! Adieu au son routinier de la carrière toute tracée. Adieu à l’unique ouverture qui, aujourd’hui, résonne comme un vieux classique au message sans futur.

Ancré dans une vie, un métier qui sonne faux en vous ? Comme la voix de votre famille doit résonner fort en vous pour vous faire emprunter la voie de la raison même si tout en vous dit : non ! On connaît la chanson, même s’il faut dire non, on se met au diapason des conventions familiales. Ca tourne mal !

Vous vibrez sur une onde qui ne vous parle plus, ne vous vous élève plus, pire qui vous tire vers le bas ? Osez ! Ne chantez plus la traditionnelle chanson de la petite fille sage ou du fils fils à son papa. Laissez parler le rebelle qui sommeille en vous. Vous passerez peut-être pour un sauvage, mais un sauvage qui s’affranchit et pose la voix sur sa voie de cœur.

« Trop vieux, trop tard pour jouer les artistes, les guérisseurs ! » vous chante votre Censeur ? Mais quel beau parleur et maitre-chanteur! Il se fait la voix de vos peurs. L’entendez-vous sa musique sourde qui vous paralyse et vous insécurise ? Il mène la danse, mais le seul chef d’orchestre c’est Vous ! Pas de la, pas de rythme, pas de partition autres que ceux que vous composerez ! Si vous attendez que les premières notes de votre mélodie vous viennent de ceux qui tiennent les rênes de votre vie, vous écouterez sans fin les mêmes refrains. N’attendez plus : poussez la voix, muez vers la voie qui sonne et chante juste en vous.

Métier de saltimbanque que celui de comédien, de naturopathe ou d’écrivain ? Ce sont les noires des dires qui tintent dans le fond sonore de votre composition. Ne pas suivre les blanches de votre voie, c’est étouffer la vôtre. Celle qui vous dit « Oui, vas-y fonce car, là, c’est toi qui banque ! »

Haussez le ton, posez la voie, réécrivez la partition. Que tourne la mélodie du bonheur sur les platines de votre for intérieur comme sur les ondes de ceux dont vous recherchez encore la reconnaissance.

Vous avez votre propre tessiture, ne travestissez plus votre voix-voie ! Montez en gamme ! Tournez le dos à vos non-choix et donnez le « la ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires
S
Classe ;)
Répondre
J
merci de ce partage Stella<br /> votre talent nous amène de nouvelles vibrations.<br /> La musique de vos mots est sans aucun doute guidée par celle de votre âme<br /> Bravo et merci .... Jean
Répondre

Haut de page